BIOGRAPHIE

Résolument personnelles, totalement universelles, des compositions qui passent d’un chemin du cœur à l’autre. Des fois de façon légère, des fois de façon mélancolique, toujours de façon sincère.

Il y a deux marches à franchir entre le cœur et les larmes que sont le pardon et le sourire. L’un précède l’amour, le second, le chagrin. Et il y a forcément de tout cela entre nous, et il n’y a rien de plus triste qu’une larme qui reste derrière des paupières ; alors voilà des chansons qui sont chacune à leur façon une invitation à faire naître un peu de sel, faire ressortir des souvenirs pour les rendre plus beaux dans nos cœurs, pour leur donner toute leur place. Et il y a aussi des chansons pour nous faire rire, des chansons pour nous faire comprendre que toutes nos histoires ne sont que des histoires.

Parce que ça prend du temps de bien faire les choses, parce que des paupières idéales ça n’existe pas plus qu’un regard innocent, parce qu’on a un cœur, qu’on s’en sert et que cela est naturel, et parce qu’il y a toujours une chanson qui nous touche plus qu’une autre, parce que des paupières, ça s’ouvre et ça se ferme, des fois sans le vouloir.

« Les Paupières » c’est une composition de chansons, d’airs, d’invitation au voyage des pieds et du cœur. »

— LAWRENCE —

J’ai jamais trop su faire, j’ai pas très bien compris, Pourquoi le cœur des filles battait pas dans ma main, Alors j’ai pris ma gratte, j’ai chanté, j’ai souri, J’ai laissé faire le temps; du temps, j’en avais plein.

Et c’est sous les soleil, dans le vent des Antilles, Que j’ai senti venir des notes sous mes mains, Et comme dirait l’autre, sous les jupes de filles, J’ai fait des larmes, des notes et des soirs, des matins.

J’ai lu que dans les yeux d’une âme, à Calcutta, Il y a avait un peu de celle que j’attendais. Je vu qu’à Montréal, je n’y trouverai pas, Les bras, les yeux, le cœur pour me dire de rester.

Et je me suis trompé, de cœur mais pas d’amour, Et les petits pêcheurs sont là; j’en suis si fier. Et je sais qu’un bonheur, caressera, un jour, Mes envies, bien cachées, derrière mes paupières…